Forum gratuit d'ésotérisme et occultisme francophone.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 [Roman Fantasy] Sempiternels Songes - Fuite de Bière.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [Roman Fantasy] Sempiternels Songes - Fuite de Bière.   Lun 26 Déc 2011, 11:27

Bonjour à toutes et à tous,
Je profite de ma présence sur le forum pour vous faire part d'un projet de roman, actuellement en cours d'écriture. Comme le titre le laisse peut-être à supposer, il s'agit de fantasy humoristique. Je mettrai à jour le récit une fois par semaine, avec un bloc de citation supplémentaire (à chaque fois approximativement de ces tailles). Je vous tiendrai au courant de chaque mise à jour à travers un court message comme celui-ci (en fin de topic).

N'hésitez pas à donner vos avis, ce qui inclue vos critiques.
Bonne lecture.

Citation :
Articles tirés du Guide Officiel des Astuces Officieuses

LA RINCEE CAPITALE :

Localisée dans les faubourgs de Palacia, ce bar-restaurant dispose d’un passé historique pour le moins chargé. Il y a encore quelques décennies, il avait été tour à tour un repaire de brigands, une maison de passe puis un café philo. Depuis, il accueille une population relativement hétéroclite.

Disposant de chambres aux étages supérieurs et d’une salle de concert au sous-sol, il ouvre toujours la porte grande ouverte aux voyageurs fourbus, sans jamais mentionner les concerts. Chaque matin, nombreux sont les clients à se plaindre auprès du patron, même les sourds-muets, dérangés dans leur sommeil par les vibrations.

Comme tout bâtiment moderne digne de ce nom, il est relié au réseau de bière courante.


LANCIER :

Le porteur de lance, appelé plus communément lancier, est le principal élément de l'armée de Bordellye. Son arme de prédilection, une pointe de fer emmanchée dans une hampe en bois dur, le transforme en un redoutable combattant quand ses intérêts sont en jeu : les jeux d'argent, les lupanars et l'alcool.

On conte aux jeunes générations comment, durant la grande guerre de l’an Mil, une petite troupe de trois cents hommes reconquit brillamment une distillerie prise d'assaut par un détachement des armées de l’Empire de Bãzãr-Souk, nettement supérieure en nombre et en armement. Certains historiens pensent à tort que ces héros se battirent pour la liberté, la justice ou encore la gloire. Il n'en fut rien, ce fut pour l'alcool.


HEAVY METAL :

Écouté principalement par une jeunesse citadine en mal de sensations fortes, le metal ressemble pour les non-initiés à un vague brouhaha mêlant cris de guerres et frappes sur des batteries de casseroles. Cela fait tout son charme, en passant.

On attribue son invention à Messe Noire, une formation de troubadours lassés de la traditionnelle chanson de geste, aux alentours du XIIIe siècle. Leurs tenues sombres et leurs propos hérétiques ne manquèrent pas de leur attirer les foudres de l’Église. Ironie du sort, celle-ci tenta de les accuser de sacrifices humains, ce qui contribua autant à leur promotion qu’à leur essor.

Depuis, le genre s’est développé et diversifié. Une presse spécialisée se charge de relayer les dates et lieux de concert, les talents naissants ainsi que diverses anecdotes. Parmi les styles apparus, il y eut le suicidal-bloody-angels-of-undeath-metal. À la scission du groupe éponyme, le style erra seul dans les couloirs de l’oubli à la recherche d’un groupe à réincarner.
Citation :
Prologue – Mort en héros.

Alfred « Mille Litrons » n'était pas venu pour participer.
Il était venu pour gagner.

Parce qu’on ne cesse jamais d’avoir été premier, il était considéré comme un véritable caïd. Craint et respecté à la fois, il avait tenu tête aux plus grands et s'était fait une place parmi eux : Denise « l'Éponge des Mers du Sud », Roger « la Picole Infernale », Hakim « la Hyène Assoiffée des Steppes ». Tout initié connaissait le danger d’être assis à sa table, sauf le jeune freluquet en face de lui, apparemment.

La phase éliminatoire du tournoi avait commencé dans la matinée au cidre, afin de laisser une chance aux plus jeunes. Les premières manches s'étaient jouées à la bière. Et l'un des face-à-face avait duré si longtemps que l'air embaumait encore l’orge. Passé midi, les candidats des seizièmes puis huitièmes de finales s'étaient respectivement affrontés sur une variété de vin blanc très sec à l'acidité redoutable puis sur un vin rouge à la robe plus soyeuse, à l'aspect plus sirupeux mais d'autant plus traître. Il n'y eut aucun incident à déplorer, hormis Omar L’Écaille, un ecclésiaste assez bavard, qui quitta les lieux en conversant avec le Pêcheur.

La phase intermédiaire terminée, les poivrots de première catégorie éliminèrent les derniers soûlards du dimanche avec quelques verres de rhum bien placés. Trop confiants, la douceur du breuvage eut raison des inexpérimentés... et de Roger. Lors des semi-finales, Alfred battit à l’usure « la Hyène » et contre toute attente, Denise s'inclina respectueusement face à la descente impressionnante d'un dénommé Josh, l'outsider de cette année. Le poids de l'âge, sans doute…

Josh « Cul Sec ! » VS. Alfred « Mille Litrons » : Le choc des générations ! Quelques peintres s’empressaient d’immortaliser la scène et un journaliste de Ragots Royaux griffonnait déjà sur son petit carnet ce titre racoleur. Quant à la troupe de badauds encerclant la table, elle était bouche bée face aux exploits des athlètes. Certains allant jusqu’à parier de fortes sommes sur un supposé vainqueur. La règle était des plus simples : boire jusqu’à s’écrouler de sa chaise. Mais derrière cette apparente simplicité se cachait beaucoup de technique et de psychologie.

Plein de verve, Josh était de la nouvelle garde, de ceux qui misaient plus sur le mental. Vidant ses verres plus vite qu’on ne les lui remplissait, il avait poussé ainsi à l’abandon tous ceux qui s’étaient frottés à lui. Alfred était un buveur opiniâtre. Qu’il neige, qu’il pleuve ou bien qu’il vente, son entraînement était pénible et quotidien. Enchaînant chopes de bière et verres de vin à longueur de journée, aucune de ses années d’expérience au comptoir n’était de trop pour affronter la fougue de son adversaire. La vitesse contre l’endurance. L’audace contre le conservatisme. Le lièvre contre la tortue.
Citation :
A chaque verre supplémentaire, les épais murs de pierres meulières d' « A la Rincée Capitale » tournaient un peu plus vite. S'accrochant désespérément à la table de bois parce que sa chaise de bois lui jouait des tours, l' ancien champion se réveillerait sans doute avec une monumentale gueule de bois. Voyant l'ennemi vaciller, le challenger saisit son verre, le but et l’envoya voler négligemment derrière lui. Et d'un air de défi, il hocha doucement la tête. Un spectateur eut juste le temps de s’écarter et dans sa chute , le cri du verre brisa les conversations.

Croyant se fixer les yeux dans les yeux, les deux athlètes peinaient à distinguer les copies floues de leur adversaire. L' affaire avait pris une tournure personnelle . D'un côté comme de l' autre , ils se jaugeaient, ils se testaient. Je vais lui montrer à ce freluquet de quel alcool je me chauffe !

Interrompant ce jeu de regard, le serveur chargé du tournoi remplit le verre d'Alfred. Non, ce n'était pas le serveur. C'était le taulier. Ils se connaissaient très bien tous les deux. Il s' appelait... Il s'appelait... Bah non, il ne s'appelait plus. Avachi sur la table, il parvint à articuler « Patron, un deuxième... pour lui montrer... ce qu'est un vrai... un vrai guerrier ». S’exécutant professionnellement, l' organisateur tendait suffisamment les bras pour se tenir éloigné des vapeurs toxiques . A ce niveau du tournoi, les haleines rances et vinaigrées pouvaient tuer sur le coup.

« Mille Litrons » se redressa, s’appuyant sur la table et souffla un grand coup. Sur sa peau devenue couleur brique , quelques gouttelettes sirupeuses coulaient de ses pores . Au niveau de la tempe, le sang cognait de plus en plus fort la paroi de la jugulaire. Dans un ultime effort de concentration , il chopa de chaque main les deux verres et les porta à sa bouche dans un mouvement aussi symétrique qu’un crabe violoniste . Et tout bourré qu’il était, pas une goutte ne se jeta ailleurs que...

- Comme dit le dicton... Donc le dicton dit : c'est jamais à côté... c'est toujours dans... euh... dans le gosier !
- Et tant va la cruche à l'eau ... Qu'à la fin, elle perd sa chasse ! Répliqua son jeune rival.

Les deux verres asséchés, il les cogna si fort que la table trembla au point de se recroqueviller de douleur. Pendant qu'il fixait son rival d'un air vaseux, le son du choc résonnait encore dans la pièce. Sa langue tuméfiée ne ressentait plus les brûlures de l’alcool, quant aux vapeurs éthyliques, elles étaient devenues une norme.

- Je te... Je fais une relance ... C'est deux verres ! Osa Josh, devenu l'objet de tous les regards.
- Excès de confiance... est mère de... euh... mal étreint !

Le barman déposa les quatre verres sur la table. Comme à son habitude, il vida d'un trait le premier verre. Le fumier, il voudrait que j' abandonne ! Mais qu'est-ce qui lui prend ? Soudain, il fut pris d'un haut -le-cœur. Il porta les mains à son cou, cherchant sa respiration . Quand sa chaise se déséquilibra, il eut beau battre des bras, celle-ci se renversa, faisant rouler le jeune homme aux pieds du public. Puis, à quatre pattes sur le parquet de chêne, il rendit le contenu de son dernier verre et de quelques autres... Epuisé par l'effort, il s'écroula dans la flaque translucide. C'est le comble ça, un débutant éliminé par une erreur de débutant... Quelques membres bien attentionnés le ramassèrent, le rassirent puis le ranimèrent. Mais la règle était la règle : Alfred était de nouveau vainqueur !
Citation :
Digne représentant de l’armée, deux bouteilles vides gisaient à ses pieds, ou plus exactement à une lourde paire de bottes en peau. Vêtu d’un pantalon foncé ainsi que d’un pull beige, l’un des spectateur lui retira son poncho bleu puis l’agita fièrement tel un drapeau. « SECURITE » en larges lettres amicales flottait dans les airs.

Sa lance, se tenant courbée contre le mur, se reposait après avoir passé la journée à soutenir son titubant propriétaire. Une pointe de métal emmanchée dans une hampe de bois formait l'arme la plus répandue des troupes de Bordellye. Appartenant à la Garde du Palais Royal, Alfred était un soldat d'exception parmi une troupe d'élite et nombreux étaient ses collègues à être venus l’encourager.

La mine déconfite, le corps vautré sur la chaise, un autre supporter souleva son bras autant pour désigner le héros que pour résumer à ce dernier la situation. Le peintre changea rapidement de toile pour esquisser la scène. Victoire était sienne !

Reprenant prestement ses fonctions derrière le comptoir, le taulier rangea un torchon à sa place. Devant lui, tous en joie, les plus ardents admirateurs d'Alfred accompagnèrent ce dernier jusqu'au zinc. « C'est ma tournée ! »

Portant son habituel gilet de cuir noir et une chemisette blanche, laissant dépasser des bras aussi musclés et velus que ceux d'un gorille, le barman attrapa quelques chopes en douceur, les rinça puis les remplit rapidement sous le flot de bière. Une fois servies, les boissons furent vidées d'un trait. Alfred en redemanda une deuxième : après tous les alcools qu'il avait ingurgité, il fallait bien qu'il se désaltère...

Mais cette fois-ci, le champion y était allé un peu fort ! Chacune des lattes du parquet roulait sous ses pieds. Malgré les coudes reposant sur le métal poli du bar, la bande d'ivrognes tanguait au point de bousculer les hauts-tabourets. Ces derniers, impassibles, ne répondirent pas à la provocation. Parsemés dans la grande pièce et soutenant le bâtiment de toutes leurs forces, les larges piliers de bois sombre pliaient sous le poids des verres en trop. Quant aux cloisons délimitant le coin bar du restaurant, elles se distordaient sous l'action de la binouze. Enfermées comme des danseuses en cage, les petites flammes scintillantes entraînaient dans leur danse les ombres de la pièce. Faisant balancer leurs lanternes de fer noir, elles prenaient le risque d’incendier le bâtiment à tout moment. Quelles inconscientes !

Au comptoir, avec ses nouveaux amis, « Mille Litrons » était au paradis... Mais en dessous, c'était l'enfer. Tous ces jeunes, tous ces cris qui perçaient le sol ! Et leur musique assourdissante, quel boucan ! Pourquoi le patron des lieux permettait un tel laisser-aller? Comment ces sauvageons nommaient leurs ritournelles infernales, déjà? Taule dure? Acier alourdi? Quelque chose comme ça...

Leurs assemblages de tambours, sortis tout droits des enfers, faisaient trembler le sol à chaque instant... Les accords agressifs de leurs luths, traversaient sans difficulté le plancher et troublaient ses pauvres oreilles... Leurs chants sombres et malsains, vociférés par la démoniaque ménestrelle et repris en chœur par ses ouailles, faisaient croire aux profanes qu'une messe noire se déroulait dans le sous-sol. Saleté de jeunesse et putain de mode à la con !

Elle va fermer son clapet, la pouffiasse?

***
Citation :
- Vous en voulez encore?
- OUAIS !! Hurla la foule en direction de son idole
- Plus fort, j'entends rien ! Provocante, elle mima n’avoir rien entendu. Vous en voulez encore?
- OUAIS, ENCORE !! Plus nombreux à répondre, ses fans levaient les poings et formaient les cornes.

Ce soir, elle allait mettre le feu ! Debout sur l’estrade, elle se rallia à son public par le même geste. Sa main ferme approcha le mégaphone de ses lèvres. Sa face était peinte en blanc, des traits noirs recouvraient ses yeux et sa bouche. Quelques coulées rouges descendaient du haut de son front jusqu’au bas de son cou. Ses longs cheveux noirs glissaient jusqu’au bas de ses reins. Un corset rouge sang, légèrement fendu dévoilait une part de ses attributs à ce public presque exclusivement composé de mâles en sueur et longue jupe noire masquait ses jambes. Bien à l’abri, ses pieds étaient protégés par de lourds assemblages de cuir et d’acier.

UN, DEUX, TROIS, QUATRE !

D’une voix rauque et puissante, sortie de ses entrailles, la diva vociféra des couplets vantant les bienfaits des bains dans le sang, extrait de victimes préalablement décapitées. Quand sa voix laissait la place aux instruments, ses mains s’élevaient jusqu’au plafond et donnaient le rythme à la mer de fans agités. Sautant en cadence, seules leurs ovations couvraient le grondement sourd de leurs bonds. Le flux et le reflux des bras s’échouaient jusqu’au bord de l’estrade. Seuls deux braseros, symétriquement disposés sur l’estrade, éclaircissaient les ténèbres.

A ses côtés, deux joueurs de luths, l'un doté de six cordes et l'autre de quatre, torturaient leurs instruments au point de leur faire gémir des séries d'accords insoupçonnés. Sur chaque instrument était vissé un savant assemblage de cristaux. Ce dernier, tout près des cordes, permettait aux luthistes de rivaliser en puissance avec la batterie. En contre-partie, les notes avaient souffert d'une telle distorsion qu'elles s'alourdirent d'une octave en traversant la pièce. Telles des ventilateurs, les longues chevelures des musiciens brassaient l'air au même tempo. Derrière elle, les bras musclés du batteur, un énorme gaillard ventru, martelait la salle depuis ses tambours et cymbales. Seule sa grosse tête chauve, collée sur un cou de taureau, était visible. Sûr de ses coups, il remuait lourdement sa caboche, d'un air martial.

Du Sang de Vierge,
Du Sang de Vierge,
Du Sang de Vierge,
EFFAROUCHEE !!

La chanson suivante traita de traversées épiques en drakkar entraînant des pillages de villages côtiers. Celle qui lui succéda narra les joies des meurtres de veuves et des viols d'orphelins (et vice-versa). Et les autres abordèrent diverses trivialités.

Malgré les propos, l'ambiance restait bon enfant. Même si les flaques de bières renversées et les fortes odeurs liées aux hormones mâles n'avaient rien à voir avec les habituelles cours de récré ; le public n’était composé que de grands gamins un peu agités, sautant en l'air et se bousculant les uns contre les autres. Certains étaient vêtus de gilets en cuir sur lesquels étaient cousus divers logos à base d'instruments et d’ossements. D'autres étaient torses nus et ruisselaient de sueur. Les fans les plus fidèles étaient même venus habillés de vêtements à l’effigie du groupe. Et les poings levés, ils clamaient « DEAD ! DEAD ! » à répétition.

Après tout, la foule n’était rien de plus qu’une bande de charmants bambins, un peu fantasque, à moitié ivre et ne réclamait rien d’autre que quelques comptines morbides à sa cantatrice.
Citation :
« Ânes bâtés, incapables de penser par eux-mêmes,
Pauvres bâtards, se croyant être de la crème,
Jamais vainqueurs, car jamais ils n'ont osé,
Jamais vaincus, car toujours ils ont abandonné !

Debout, nous marcherons !
Sur eux, nous règnerons !
LEUR SANG, NOUS RECLAMONS ! »

Avec les revenus de sa boutique et sa passion pour le chant grunt, Gothika Ben Heffis avait su réunir autour d'elle les plus grands. A sa droite, Pierre Tasd'graines, sa barbe tressée et son luth à six cordes. Avant d'intégrer la formation, il était célèbre pour jouer dans un groupe dont il était le seul luthiste, batteur et chanteur. A sa gauche, John Mayonnaise, dans une combinaison de cuir moulante et son luth à quatre cordes. Bagarreur, il ne cessait de revendiquer la suprématie de sa musique à grands coups de poings. Et derrière elle, l'énorme Xynious ne déparait en rien l'assemblée : il avait brûlé sa première église à cinq ans.

« Vivant leurs vie, comme s'ils étaient morts,
Laissez-moi me repaître du sang des faibles !
Courant sans cesse après les honneurs et l'or,
Donnez-moi de quoi enflammer la plèbe !

Debout, nous marcherons !
Sur eux, nous règnerons !
LEUR SANG, NOUS RECLAMONS ! »

« Damnation Éternelle Affreusement Douloureuse », était le nom véritable de cette troupe à la réputation sulfureuse. Quand ils achevèrent le morceau sous les applaudissements et cris du public, Gothika remarqua qu'au milieu de la fosse, une fine silhouette capuchonnée créait un grand vide autour d'elle. Bousculant nerveusement et sans mal les plus hommes les plus costauds, dépassant de ses bonds les cimes chevelues du public, il était étrange qu'aucun des mastodontes présents ne cherche à remettre cette boule de nerfs à sa place. Quand elle croisa son regard, elle crut reconnaître des traits familiers. Pas de ceux qu'on voit tous les matins au petit-déjeuner, sauf quand on prend la peine de lire les journaux.

***
Citation :
« DEAD ! DEAD ! DEAD ! » Hurla-t-elle, les mains en porte-voix.

S’imaginant sur un champ de bataille, au milieu de cette horde de chevelus, Gladys était dans son élément. En fermant les yeux, elle les imagina tous frères d’armes, vêtus de peaux de bêtes, frappant en rythme leurs épées sur leurs boucliers, braillant des chants guerriers et partant à l’assaut de l’ennemi. Rien à voir avec les armées d’aujourd’hui ! Des paquets de lanciers, qui se rangeaient sagement bien à l’abri derrière l’allonge de leurs armes ou pire, qui prétextaient un grade quelconque pour ne pas aller au combat.

Certaines nuits de concert, il lui arrivait de ne pas revenir au Palais. Elle se réservait une petite chambre, histoire de garder auprès d’elle un ou deux des plus beaux spécimens. C’était selon son caprice. Un soir, c’était le plus tatoué ; un autre, c’était le plus barbu. Ce qu’elle appréciait avec les barbes très épaisses, c’est qu’on pouvait faire des tresses avec quand le mâle en question n’était pas encore remis des ébats de la veille. On a beau hurler les paroles, bousculer les autres et secouer sa tête, on n’en reste pas moins femme.

Bondissant sans cesse, sans doute pour que son idole la remarque, elle en avait presque oublié qui elle était et d’où elle venait. Plateaux de petits fours servis par des laquais aux sourires sordides, ambiance feutrée avec orchestre de violons gémissant de la musique douce, échanges de propos absurdes codifiés par l’étiquette, elle s’était éclipsée des mondanités propres à la salle de bal. Sans compter les avances de cette blondasse insipide de Raphaël Harfang, sur lequel elle a balancé son verre. De simple éleveur de moutons, il était devenu le disciple du Premier Conseiller de sa mère. Arrogant carriériste !

Même si sa face avait pu se soustraire au récipient ; sa réputation, comme ses vêtements, resteraient considérablement entachés. Dès demain, son râteau alimenterait divers journaux à sensations. Rien que pour ça, elle irait faire un tour au kiosque. Oh puis non ! Elle se le ferait livrer au pied de sa porte. Et ce, dès l'aube, avant son entraînement quotidien ! Après tout, elle n’était pas princesse et future héritière pour rien !

***
Citation :
Tandis que leurs chants impies se cognaient contre le plancher, la bande au comptoir s'exaspérait de ne pouvoir boire tranquille. Invitant d'autres complices à la conversation, ils échangèrent leurs différents points de vue sur...

 - Ouais, enfin de mon temps... C'était pas la même époque... Et c'était pas les mêmes jeunes !
 - Et puis à mon époque... C'était nous, les jeunes. Alors, forcément... Bah, y a plus de jeunesse !
 - Parce qu'avant, c'était pas comme ça... Avant, si je me souviens bien... C'était avant !
 - Alors qu'aujourd'hui, c'est une... Enfin, c'est honteux ! Y avait le travail aux champs pour les mater, ces putains de jeunes !
 - Mais qu'est-ce tu racontes? La dernière fois, tu m'as dit... Enfin voilà, quoi !

Tranquillement la chope aux lèvres, Alfred en savourait le contenu. La douce amertume du breuvage, qu'il aimait parfois marier avec quelques cacahuètes, le réhydratait petit à petit. Quand soudain, un solo de batterie remua le sol. Trébuchant, l'un de ses compagnons renversa sur le champion sa boisson.

- Bah mon saligaud ! Mais qu'est-ce qui t'a... Enfin, en voilà des manières !
 - Je tiens plus debout... C'est le plancher... C'est encore ces putains de jeunes qui le font bouger.
 - Comme d'habitude, tu bois trop... Car faut arrêter la picole, moi je dis !

Au fur et à mesure de la discussion, il devenait de plus en plus évident que la principale responsable de la brève perte d'équilibre de Roger n'était ni les effets d'un excès d'alcool, ni le fait qu'il soit boiteux mais, évidemment, leur musique infâme, qui sans cesse remuait le bâtiment. Il fallait agir, car si aujourd'hui ils occupaient le sous-sol ; demain, qui sait, ils envahiraient les lieux jusqu'au grenier. Moi, je dis… Tous ces jeunes ont besoin d'une bonne leçon !

S'arrachant péniblement du comptoir, ils enjoignirent quelques poivrots silencieux à rejoindre leurs rangs. « Ah non, messieurs ! Vous n’allez pas me les exciter ! » Malgré les vaines protestations du barman, la troupe s’agrandit un peu. La molle tentative des serveurs pour leur barrer le passage céda face à la charge titubante. « Les civils… C’est la guerre ! Alors, la ferme ! ». Désemparés, certains songèrent à appeler la garde quand d’autres leur rappelèrent que les trois-quarts des effectifs étaient ici présents. « Rangez tout ce qui est fragile et sortez du bâtiment ! Je ne veux pas de blessés, cette année… » Habitué à l’injonction, le personnel de service obéit dans le calme et fit sortir la plupart des clients de leur plein gré… laissant l’usage de la force aux militaires déjà sur place


Dernière édition par barondek le Lun 09 Jan 2012, 10:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Roman Fantasy] Sempiternels Songes - Fuite de Bière.   Mar 27 Déc 2011, 22:52

Super.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Roman Fantasy] Sempiternels Songes - Fuite de Bière.   Jeu 29 Déc 2011, 21:09

D'abord, je voulais remercier tout le monde pour le nombre de lectures assez élevé pour un forum où je n'en attendais pas autant.

Ensuite, merci tout particulièrement à Spirit d'avoir laissé un message (ça a beau être court, ça fait toujours plaisir).


Dernière édition par barondek le Sam 31 Déc 2011, 09:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Roman Fantasy] Sempiternels Songes - Fuite de Bière.   Sam 31 Déc 2011, 09:53

Pour vous remercier du si grand nombre de lectures en un si peu de temps, j'ai décidé d'aligner le contenu de ce topic sur celui d'un autre site/forum (que je ne citerai pas).
Ce qui explique l'arrivée non pas d'un seul feuillet... mais de 3 !

Et comme la prochaine mise à jour se fera lundi après les fêtes, vous aurez de quoi faire.

Bonne lecture à toutes et à tous !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Roman Fantasy] Sempiternels Songes - Fuite de Bière.   Lun 02 Jan 2012, 16:20

À l'occasion de la nouvelle année, vous n'auriez dû avoir qu'un seul post... mais suite à une erreur dans mes mises à jour, vous en aurez deux (et c'est la dernière fois).

Meilleurs vœux à tous les membres du forum, et double-ration à celles et ceux qui viendront se perdre ici. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Unreal_life06
Prend goût à la discussion
Prend goût à la discussion
avatar

Masculin
Nombre de messages : 32
Age : 20
Emploi/loisirs : jeux vidéos et magie
Humeur : de bonne humeur ^^
Animal préféré : le dragon et le requin
Date d'inscription : 24/12/2011

MessageSujet: Re: [Roman Fantasy] Sempiternels Songes - Fuite de Bière.   Lun 02 Jan 2012, 16:26

C'est pas mal ! j'aime bien ! Smile
Continue en tout cas, ça fait toujours un peu de lecture. :P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Roman Fantasy] Sempiternels Songes - Fuite de Bière.   Lun 09 Jan 2012, 10:43

Et voilà, la suite est arrivée ! ^^
Bonne lecture !

Et merci à toi, Unreal_life06 !
Revenir en haut Aller en bas
chinche
Encycoplédie ambulante
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6343
Age : 35
Localisation : Bordeaux
Humeur : ^^
Animal préféré : corbeau
magic code : Mch/de/ta x3- pwm/gr/eg w s- n* d A a+ c* g4+ QH3+ 666 2+ Y2+
Date d'inscription : 04/10/2007

MessageSujet: Re: [Roman Fantasy] Sempiternels Songes - Fuite de Bière.   Ven 13 Jan 2012, 09:51

Salut Barondek, au fait... Bon t'es grillé mais comme t'es sympa hein, on fera un peu de pub pour ton webzine, qui (même s'il nous a un peu pourri la vie) est quand même bien sympa. Tu les trouves par hasard tous ces sites ?
Je crois me souvenir qu'on apparait dans le n°42 nan ?

Désolée encore pour ce nid à troll que bien souvent sont les thématiques de pactes, vampirisme etc. En effet il y a des fois des geeks qui ont eu un gros problème genre révélation mystique en jouant à "devil may cry", et qui se prennent pour un démon tout ça... et des fois il y a aussi des TROLLS. Very Happy

Ça nous a aussi permis de faire le point sur les accès au forum, donc je ne peux pas t'en vouloir et en plus, tu écris bien. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.magiemetapsychique.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Roman Fantasy] Sempiternels Songes - Fuite de Bière.   Lun 20 Fév 2012, 14:30

Je n'ai pas écrit pendant longtemps, la faute à quelques soucis d'ordre matériel et une grosse peine de cœur.

Je m'excuse d'avance si ça offusque la communauté, mais je n'ai plus le courage de faire de fastidieux copier-coller et de mise en page. Je vous invite à suivre l'avancement de l'histoire sur son forum d'origine.

Je vous tiendrai au courant des mises à jour.
http://www.nioutaik.fr/daultimatewebzine/viewtopic.php?id=3032&p=1
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Roman Fantasy] Sempiternels Songes - Fuite de Bière.   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Roman Fantasy] Sempiternels Songes - Fuite de Bière.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Roman Fantasy] Sempiternels Songes - Fuite de Bière.
» Roman dans le style fantasy.
» Des titres de romans fantasy?
» Littérature Fantasy : que lire ?
» L'Entrée dans la Grande Tribulation : La Fuite du Pape de Rome !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magie et Métapsychique :: Espace membres-
referencement geneve - annuaires gratuits référencement - peinture professionnelle - tv en streaming - yes messengerCréer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit